31 mars 2017 : découvrez les formations du Pin !

Vendredi 31 mars 2017, l’École supérieure du cheval et de l’équitation (ESCE) du Pin vous ouvre ses portes pour vous permettre d’aller à la rencontre des formateurs et des élèves !haras-du-pin-a-laurioux

Cette journée sera pour vous l’occasion de découvrir l’environnement dans lequel progressent les stagiaires avec les infrastructures et le matériel mis à disposition, mais également le cadre exceptionnel qui entoure l’école.

Attelage, sellerie, reproduction, élevage, valorisation des jeunes chevaux, équitation et entraînement sportif, maréchalerie, trouvez la formation qui vous correspond !

L’École site du Pin vous ouvre ses portes de 9h à 17h, pour une journée d’échange et de partage, en immersion dans le quotidien des stagiaires.

Au cours de cette journée, l’école vous propose :

  • une visite de l’école : suivez les élèves à travers l’école pour découvrir leur quotidien
  • une visite du Haras national du Pin, lieu chargé d’histoire pour découvrir la sellerie d’honneur ou la remise des voitures
  • des démonstrations dans le manège, dans la cour des écuries, et dans les laboratoires de la Jumenterie
  • des présentations en présence des enseignants, des chercheurs, et des enseignants -écuyers de l’ESCE – site de Saumur
  • des échanges avec enseignants et élèves

Inscrivez-vous dès maintenant en cliquant ici !

(Inscription gratuite obligatoire)

Publicités

Les CAP sellier-harnacheur en séjour découverte

Pendant 3 jours, les 12 stagiaires du CAP sellier-harnacheur ont quitté l’ESCE site du Pin pour vivre un programme riche en découvertes.

cap-sellier-harnacheur

Les 7 apprentis et les 5 stagiaires en formation continue ont délaissé leur blouse blanche du 6 au 9 décembre. L’objet de leur séjour d’études : la visite du site de Saumur avec un passage obligatoire par la sellerie du Cadre noir de Pascal Courvoisier, et la découverte d’autres structures comme l’école de cavalerie de Saumur. C’était l’occasion pour eux d’aller découvrir le travail des selliers et tanneurs de la région. Pour ce faire, ils sont allés aux Tanneries de Chamont près d’Angoulême. Celles-ci tannent les cuirs avec des extraits végétaux et la majeure partie de leur marché se trouve être les selliers pour l’harnachement, la briderie, etc. Ils ont pu profiter de ce déplacement pour visiter l’atelier des frères Decourt, spécialisé dans les machines pour l’industrie du cuir et du textile ainsi que dans la solde de cuir.

« C’est un séjour intéressant qui donne la possibilité de découvrir d’autres selliers comme la sellerie Belloir, le Cadre noir, etc. En tant que selliers, nous sommes à la base de l’équitation. Ces trois jours nous permettent aussi de découvrir ce qui se passe avant, avec les tanneurs mais aussi après notre métier. Le cuir est différent en fonction de ce qu’on souhaite en faire. On a pu observer un savoir-faire, des produits et ces visites nous donnent des idées qui sont absentes dans d’autres entreprises. Enfin, ce déplacement nous a permis de faire des rencontres. »

Maud et Théo, CAP sellier-harnacheur – ESCE site du Pin

 

 

Félicitation à Coralie Caillaud, titulaire du Brevet de sellier-harnacheur

Jeudi 16 juillet 2015, Coralie Caillaud, élève Brevet sellier-harnacheur de l’Esce site du Pin, a présenté ses travaux devant un parterre de spécialistes dans les bureaux de l’Ifce à Paris.

La première pièce, réalisée lors de l’épreuve libre, est un harnais d’attelage. Commandé par Renaud Vinck, vice-chamion du Monde par équipe en 2014, ce harnais a nécessité un mois et demi de travail. En condition réelle de travail, Coralie a reçu la commande du client, pris les mesures de Don Camillo*ENE-HN, trouver des fournisseurs, réaliser des devis, ses gabarits et ses gammes opératoires et enfin, fabriquer le harnais. Ce harnais fut ensuite porté lors du Championnat du Monde à Izsak en Hongrie où Renaud et Don Camillo*ENE-HN ont réalisé leur très belle performance.

Coralie a donc présenté la pièce pendant un quart d’heure à Geneviève Ardaens, directrice de l’ENPH, Simon Wagner, responsable de l’atelier de sellerie de la Garde Républicaine, Vincent Léopold, responsable de la fabrication de selle chez Hermès, Thierry Delsalle, responsable du patrimoine culturel à l’ifce et Vincent Dalodier, nouveau formation sellerie à l’ENPH. Ils ont ensuite échangé à ce sujet et observé la deuxième pièce apportée par Coralie : une selle de dressage monoquartier, réalisée en 35 heures. Tous se sont accordés sur la qualité des deux réalisations de Coralie Caillaud et ont eu le plaisir de lui valider son Brevet de sellier harnacheur.

Nous la félicitons chaleureusement et lui souhaitons bonne continuation.

Pour en savoir plus :

École nationale professionnelle des Haras
61310 Le Pin au Haras
Tel : 02 33 12 12 10

Mail : hn.formation@ifce.fr

© R. Rivard

Portraits de stagiaires : les CAP sellier-harnacheur de l’Ecole nationale professionnelle des haras

Entretien avec 3 élèves de la promotion 2015/2016 du CAP sellier-harnacheur et Brevet sellier à l’Esce site du Pin.

Maëva Corso, 18 ans, originaire d’Aix en Provence, en apprentissage à la Sellerie Phoenix

Mathilde Prevost, 27 ans, originaire de Bassussarry, stagiaire en Brevet sellier-harnacheur

Anna Kozlovskaya, originaire de Tiumen en Russie, en formation continue

Quels sont vos parcours respectifs ?

Maëva : J’ai un parcours scolaire classique, je viens de passer un BAC S. On m’a donc très vivement conseillé des filières généralistes. Mais j’ai toujours aimé bricoler. Ma mère est couturière, mon père maçon, je baigne dans un milieu de personnes manuelles. Ajoutons à cela que je suis une véritable passionnée du cheval. Je me suis donc très naturellement tournée vers le métier de sellier-harnacheur, professionnel qui permet d’allier toutes mes passions.

Mathilde : J’ai fait des études littéraires à la faculté de lettres modernes pendant 5 ans après mon bac. A la fin de mon cursus, je n’étais pas convaincue et j’étais surtout très attirée par les métiers manuels. J’ai donc travaillé à l’usine pendant un an pour affiner mon choix et surtout financer ma future formation. Durant cette période, j’ai également fait un bilan de compétence et réalisé plusieurs stages chez des selliers. J’ai ensuite rejoint la formation CAP sellier-harnacheur de l’École du Pin, diplôme que j’ai obtenu en juin 2012. A la suite de ce CAP, j’ai travaillé 1 mois chez Childéric à un poste de jointure puis j’ai postulé chez Voltaire Design. J’y travaille depuis septembre 2012. En 3 ans, mon métier a beaucoup évolué. Au départ, nous étions trois à travailler dans le garage du dirigeant, aujourd’hui nous sommes une bonne vingtaine à l’atelier de sellerie. Je faisais presque toutes les étapes et aujourd’hui je suis responsable de l’assemblage et manage 6 à 7 personnes. Je m’occupe du SAV et de l’organisation de flux. J’avais également en charge la formation de Soline, stagiaire en apprentissage au Pin, promotion 2014-2015.

Anna : D’origine russe, je suis arrivée en France en 2005 car j’ai été recrutée à l’Académie du spectacle équestre de Versailles dirigée par Bartabas. J’avais déjà réalisé quelques petits travaux de réparation en Russie avec peu de matériel, dont l’essentiel datait de l’époque de l’URSS. C’était très difficile de réparer les cuirs et je n’avais pas de base.

Pourquoi avoir fait le choix de rejoindre l’atelier de sellerie de l’École du Pin ?

Maëva :  J’ai découvert la formation CAP sellier-harnacheur de l’École du Pin à Cheval Passion à Avignon. Je me suis renseignée auprès du formateur et des stagiaires présents. J’ai pesé le pour et le contre et je me suis dit que c’était la formation idéale pour moi car elle correspondait parfaitement à mes attentes. Il y a des formations dans le sud mais le site du Haras national du Pin me fait rêver. En plus, ma monitrice d’équitation et mon entourage m’ont vivement encouragée à suivre mes envies et à rejoindre cette école très réputée.

Mathilde : J’avais envie d’apprendre plus encore. Je souhaiterais un jour créer mon entreprise mais surtout aujourd’hui, je veux progresser et me lancer dans un autre type de travail, plus technique, plus artisanal, plus poussé. Je recherche véritablement du perfectionnement. J’ai pu bénéficier de financement FONGECIF suite à mes contrats chez Voltaire Design.

Anna : J’ai découvert le Haras national du Pin et notamment l’atelier de sellerie lors de notre participation au Septembre musical de l’Orne en 2006-2007 dans le grand manège. L’atelier de sellerie m’a beaucoup impressionnée. Très rapidement, dès le mois de novembre, j’ai commencé des stages d’initiation. Je suis revenue le printemps suivant pour me perfectionner lors d’un stage de fabrication d’une selle, produit qui m’intéresse beaucoup. Depuis, je n’ai rêvé que d’une chose : rejoindre la formation CAP sellier-harnacheur. Dès que j’ai quitté l’Académie du spectacle équestre de Versailles c’est la première chose que j’ai faite.

Qu’attendez-vous de cette formation et que souhaitez-vous faire après celle-ci ? 

Maëva : J’espère, à l’issue de la formation, posséder de véritables bases comme les techniques essentielles que l’on ne peut apprendre seul mais aussi et surtout : être opérationnelle,  apprendre un métier. Je me rends compte que les parcours scolaires traditionnels comme la faculté ou les grandes écoles ne sont pas du tout adaptés à ma personnalité. Après cette formation, j’aimerais trouver un emploi dans une entreprise qui propose un large panel de prestations : sellerie, maroquinerie, briderie, ou des produits moins conventionnels. En France ou à l’étranger, je suis mobile. J’ai envie de découvrir de nouvelles choses.

Mathilde : A la suite de ce Brevet, mon intention première était de travailler pour une autre entreprise de maroquinerie par exemple, dans une maison de haute-couture. J’en ai bien sûr parlé avec mon employeur et il serait peut-être possible d’évoluer sur un poste différent chez Voltaire Design. Le but de cette formation est réellement d’évoluer techniquement et professionnellement.

Anna : Je souhaite acquérir un maximum de connaissances et de techniques pour pouvoir gagner en expérience. Ensuite, je rêve d’ouvrir mon propre atelier. J’aimerais me spécialiser dans la selle mais aussi maîtriser l’ensemble des gammes de sellerie-maroquinerie. Je souhaiterais travailler en France pour une bonne qualité de travail.

Pour aller plus loin :
http://fr.voltaire-design.com
http://selleriephoenix.com/
http://www.haras-nationaux.fr/formation.html

Pour en savoir plus :
École nationale professionnelle des Haras
61310 Le Pin au Haras
Tel : 02 33 12 12 10
Mail : hn.formation@ifce.fr