Nouvelle formule pour le BPJEPS

Il y a du changement cette année pour le BPJEPS.

Jusqu’à présent, le BPJEPS était proposé en 1 ans (ou 2 ans dans certains organismes de formation) avec la validation de 10 UC. Suite au décret N°2016-527 du 27 avril 2016, le nombre d’UC change, les spécialités disparaissent, les modalités de sélection et de certification sont modifiées.

Quels changements dans l’organisation du BPJEPS ?

Depuis le 1er septembre 2016, les formations BPJEPS se composent désormais de 4 UC (effectuables toujours en 1 ou 2 ans), devant permettre de rehausser le niveau pour les élèves :

  • Dans les deux unités capitalisables (UC) transversales :
    • UC1 : Encadrer tout public dans tout lieu et toute structure.
    • UC2 : Mettre en œuvre un projet d’animation s’inscrivant dans le projet de la structure.
  • Dans les deux unités capitalisables (UC) de la mention :
    • UC3 : Conduire une action d’animation dans les activités de la mention ou de direction d’un accueil collectif de mineurs.
    • UC4 : Mobiliser les démarches d’éducation populaire pour mettre en œuvre des activités d’animation dans le champ de la mention ou de l’option.

La validation des UC (certifications) devra comporter :

  • la production d’un document écrit personnel suivi d’un entretien,
  • une ou deux épreuves dont l’une au moins consiste en une mise en situation professionnelle.

Pour la rentrée 2017, le caractère transitoire de cette réforme permet aux établissements de choisir sous quelle organisation ils proposeront leurs formations BPJEPS. L’ESCE site de Saumur, en tant qu’organisme de formation de référence proposera dès 2017 le BPJEPS en 4 UC. Les stagiaires devront suivre une formation de 900 heures de cours, comprenant 600 heures en centre de formation.

Que deviennent les spécialités ?

Avant ce décret, il existait 28 spécialités pour le BPJEPS comme les spécialités « équitation » ou encore « attelage ».

A présent, le BPJEPS ne comporte que 2 spécialités : la spécialité BPJEPS Animateur et la spécialité BPJEPS Éducateur Sportif.

En ce qui concerne les spécialisations par discipline, elles seront effectuées au titre de mentions. Pour exemple, le BPJEPS équitation devient un « BPJEPS spécialité Éducateur Sportif, Mention Équitation ».

Qu’en est-il des modalités de sélection?

Le BPJEPS peut s’effectuer dans le cadre de la formation initiale ou de  la formation sport à l’ESCE – site de Saumur.

Plus d’informations sur les modalités des tests de sélections 2017 ici.

Journal de bord de Philothée: le championnat comme si vous y étiez

Championnat des écoles européennes d’équitation à Starum (Norvège)

Les deux stagiaires de l’École supérieure du cheval et de l’équitation – SAUMUR vous font vivre ce championnat de l’intérieur, jour après jour de leur arrivée à Oslo jusqu’à leur montée sur le podium.

Découvrez le récit de leur incroyable histoire rédigé par Philothée  ICI

Les championnats en quelques mots :

Nous remercions  Éloïse et Eric de nous avoir fait partager cette magnifique expérience! Que ce soit sur le plan humain, sportif ou professionnel, nous repartons de Norvège grandis et enrichis !

Les EEN ce sont un réseau de professeurs investis et hyper motivés pour l’évolution de notre sport. Une grande famille qui effectue un travail extraordinaire et remarquable ! Bien sûr nous sommes contents de nos résultats qui reflètent la qualité de formation de l’ESCE Saumur et l’investissement d’Eric et Éloïse. Nous avons mis tout notre cœur et notre savoir-faire dans ce projet. Nous sommes encore plus conscients de la chance que nous avons d’être formés à l’Ecole Nationale d’Equitation auprès des meilleurs !

MERCI !

Voyage à Hartpury college : paroles de stagiaires

Du lundi 10 au dimanche 17 octobre 2016, les stagiaires en 3ème année sont partis en Angleterre au Hartpury College en Grande-Bretagne. Ils nous livrent leurs impressions au retour de ce voyage :

Dans le cadre de notre formation, nous avons pu participer à un échange avec le collège de Hartpury. Ils sont venus au mois de février durant notre deuxième année et nous sommes allés chez eux au mois d’octobre au début de notre troisième année durant une semaine.
Cette semaine a été très enrichissante pour nous à différents niveaux.
En effet, au point de vue personnel, cela nous a permis de découvrir de nouvelles cultures et un nouveau mode de vie et de scolarité. En ce qui concerne le point de vue professionnel, ce voyage fut très intéressant également. Il nous a permis de découvrir un nouveau système équestre avec ses avantages et ses inconvénients. Il nous a également permis d’essayer un simulateur équin sur les trois disciplines, ce qui nous a fait débattre un grand moment sur les avantages et les inconvénients de cette machine. Enfin, et à mes yeux le plus important, il nous a permis d’enseigner en anglais à deux reprises, ce qui nous apporte une flèche de plus à notre arc.
Pour conclure, je garderai un très bon souvenir de ce voyage, qui fût très enrichissant et très agréable.
Encore merci Eric et Éloïse pour l’organisation de cet échange 😉
Cordialement,

Louis SEYCHAL


Bonjour Eric,

Voici de ce que je retiens de cet échange en Angleterre :
Je trouvais cet échange universitaire très intéressant. Cela nous a permis de découvrir comment fonctionnait une université renommée en Angleterre. Les activités qui nous ont été proposé ont été intéressantes, ainsi que l’échange avec les étudiants anglais également quoiqu’il fût très bref et que les étudiants soient un peu réservés et peu explicites sur leur formation.
Je retiens tout même une bonne expérience de ce voyage qui a permis aussi d’avoir une bonne cohésion de groupe.
Je remercie nos encadrants très investis durant cet échange.

Adélaïde LEBEDEL


« Warning 12 frenchies au pays du rugby »

Du 10 au 17 octobre nous avons eu la chance de partir une semaine en Angleterre au « Hartpury Collège » accompagnés par Eric Deyna et Eloïse Legendre. Ce voyage faisait suite à la venue des étudiants anglais, cobayes pour notre DEJEPS dressage, en février.

Sur le plan collectif cette aventure a permis de rapprocher les 9 3ème année, et Loïc le petit rattaché de la promo. Outre les concerts d’Alexis, les batailles de polochons, les karaokés dans le minibus, les maisons closes, les grands coups de klaxon, les poissons et requins de l’eurotunnel, les siestes, les fous rires collectifs et j’en passe, cet échange nous a été professionnellement très bénéfique. Nous avons découvert une autre culture de l’équitation et un établissement à la pointe de la technologie. Nous avons eu la chance de tester, avec quelques fous rires et plus ou moins de réussite d’ailleurs, le plus récent modèle de cheval mécanique : Margarete. Pas facile à dompter l’animal !

Nous nous sommes essayés à divers sports : le rugby et le polo notamment. Au grand désespoir de nos super coachs rugbymans qui ont résumé notre jeu par un « clairement c’est le gros bordel ». Bref, nous allons continuer l’équitation classique.
Nous avons eu la chance de découvrir et d’assister à des séances d’aquathérapie et de rééducation avec un tapis roulant. Mais également de découvrir la façon dont les anglais optimisent leurs équipements et font vivre leur structure financièrement.
Nous avons visité les écuries plus qu’impeccables de Monsieur Carl Hester et pris un selfie avec Vallegro (si si on vous promet !!).
Nous avons assisté à des cours théoriques intéressants et très bien introduits. Les professeurs anglais nous ont d’ailleurs accueillis avec beaucoup de sympathie.
Nous avons dispensé des cours aux élèves anglais ce qui nous a permis de nous exprimer et de travailler notre pédagogie anglaise.
Nous avons également découvert le fonctionnement, l’équivalence de notre diplôme en Angleterre et le cursus universitaire des étudiants.
Bien entendu nous avons amélioré notre communication anglaise en échangeant avec les différents interlocuteurs.

Merci à Éloïse et Eric dit « papa et maman » de nous avoir permis de vivre cet échange et de s’être investi avec autant de gentillesse.
Merci aux Anglais qui nous ont accueillis avec le sourire et fait partager leur expérience. Thank you very much !

Philothée FOUILHOUX


Bonjour Eric,

Le voyage à Harpury nous as permis de découvrir une école équine bien différente de la notre départ ses dimensions et de par les formations qu’elle propose . Cela a également permis de souder la promotion en faisant des activités différentes de celles que nous avons l’habitude de faire . Nous avons pu perfectionner notre anglais en donnant quelques cours même si c’était très succinct. C’est une bonne expérience à faire perdurer pour les formations suivantes car nous avons très peu de sorties extérieures à l’école avec toute la promotion.
Cordialement,

Jeanne ROSSEZ


Bonjour Eric,

Le voyage à Hartpury nous a permis de découvrir quelques morceaux de la culture anglaise de par la vie de ses étudiants en université. Université bien différente de notre école de part les différentes formations et sports proposés, par sa grandeur et le grand nombre d’étudiants et son fonctionnement. Ce qui nous a permis de voir qu’il y avait des points positifs et négatifs dans les différentes organisations. Aucune n’est meilleure que l’autre, c’est différent. Cela a également permis de souder la promotion hors cadre de l’école, en faisant des activités différentes de celles que nous avons l’habitude de faire ( trampoline, rugby, visite) . Nous avons aussi pu voir l’organisation de la meilleure écurie de dressage de haut niveau à ce jour. Ce qui était intéressant car nous avons comparé avec les écuries où chacun avait été en stage cet été. Nous avons pu perfectionner notre anglais dans la vie quotidienne, en classe lors de cours intéressants et en donnant quelques cours pratiques.
C’est une excellente expérience à continuer pour les formations suivantes, de part l’ouverture d’esprit qu’elle apporte, la cohésion, la bonne humeur, et le contenu théorique et pratique.
Cordialement,

Elora de ARTOLA

Jeanne Rossez médaillée de bronze

Jeanne Rossez fait partie des stagiaires de la formation initiale de l’École nationale d’équitation. Entourée par les formateurs et écuyers du Cadre Noir, la jeune athlète obtient une médaille de bronze aux Championnats de France Jeune Cavalier, ainsi qu’une 8e place dans la Pro 1 au Pin. Elle a accepté de répondre à nos questions.

Retour sur tes récents résultats au Pin : comment s’est déroulée la compétition ?
La compétition s’est bien déroulée puisque mon cheval a été présent sur les 3 tests. Il s’améliore de plus en plus sur le dressage, ce qui m’a permis d’être bien positionnée après cette épreuve. Ensuite, il est vraiment fiable sur les deux autres épreuves.

Quels sont tes prjeanneojets et tes objectifs pour la saison à venir ?
J’espère faire partie de l’équipe de France jeune cavalier qui partira courir les championnats d’Europe en Italie et y être performante. Pour la fin d’année, l’objectif est de concourir sur des *** et de continuer à former mes chevaux plus jeunes sur des **.

Est-ce que ton quotidien et tes résultats ont changé depuis ton arrivée à l’ENE ?
Mon quotidien a bien changé car je suis beaucoup plus entourée quand je monte à cheval (par les élèves et les cadres). Cela me tire vers le haut et me permet d’être plus performante !

Peux-tu nous expliquer ton choix d’intégrer l’ENE ?
J’ai choisi l’ENE car il s’agit du centre de formation le plus reconnu, mais aussi pour le pôle compétition qui permet de se former auprès de grands cavaliers français.

Un conseil pour les cavaliers qui vont passer les tests de sélection pour la formation initiale cette semaine ?
Ne rien inventer le jour J, monter sans pression pour montrer ce que vous savez faire. Ce n’est pas une compétition ! Bon courage à tous.

Tout savoir sur la formation initiale en cliquant ici.